Conte du petit cheval magique

Il était une fois, un jeune prince qui vivait dans un beau château. Le jeune prince appréciait sa chambre, le grand coussin tout moelleux où il allait se reposer. Il aimait aussi aller dans le magnifique jardin aux fleurs multicolores, qui sentaient si bon. Il aimait aussi écouter le bruit du tout petit ruisseau dans lequel il allait parfois chercher des cailloux brillants.

Un jour, le petit prince reçut le plus magnifique des cadeaux : un petit cheval magique !  Il était magnifique, tout blanc avec des petites ailes. Il était encore très jeune et un peu craintif. Le jeune prince s’approcha et tendit sa main pour le caresser : son poil était lisse et tout doux. Le petit cheval vint blottir sa tête contre la poitrine du petit prince. Cela lui fit tellement plaisir, il sentait son cœur battre de bonheur !

A partir de ce jour, le prince et le petit cheval devinrent les meilleurs amis du monde. Ils s’amusaient à galoper dans les couloirs de palais en faisant ce bruit si particulier du galop.
Un jour qu’il étaient dans le jardin et que le petit cheval étendait ses ailes, une tempête se leva et elle emporta le petit cheval au loin. Il disparût dans les airs. Le petit prince tendait les bras pour l’attraper, mais pas moyen. Alors laissant retomber les bras le long de son corps, le petit prince alla se blottir dans un coin, tout triste. Que faire maintenant ?

Le petit prince décida de partir marcher à la recherche de son ami. Il marcha, marcha pendant des heures, sentant ses pieds fatigués sur les pierres du chemin. Il rencontra au village voisin un paysan qui lui conseilla de passer voir la dame qui savait soigner les animaux. Il traversa la forêt, au milieu de grands arbres inquiétants.

Enfin il arriva à la maison de la dame et son cœur s’accéléra quand il vit que son petit cheval était là, bien à l’abri !

Il se précipita pour lui faire un câlin, il était si content de le retrouver.

  • « Nous pouvons rentrer au château » lui dit-il.
  • « Non, répondit la dame, il est blessé et il reste ici pour que je le soigne »
  • « Alors, je reste aussi! »
  • « Très bien mis tu m’aideras à ramasser les plantes pour le soigner »

Et dès le lendemain, le petit prince partit dans la forêt avec la dame. Elle parlait aux arbres comme s’ils étaient ses amis. Elle disait que la chanson du vent dans les feuilles lui répondait. Elle lui montrait la couleur du ciel, la forme des nuages, ceux qui venaient de la pluie et ceux qui restaient paresseusement dans un coin du ciel comme de gros morceaux de coton duveteux.

La dame lui montra une fleur blanche : « Ramasse cette fleur qui aidera à nettoyer la blessure ». Quelques minutes plus tard, elle désigna une petite baie rouge « Celle-ci aidera à cicatriser, il ne faut pas la confondre avec d’autres qui sont des poisons ».

Enfin, ils arrivèrent au bord de la rivière et la dame lui demanda de ramasser une poignée de la terre jaune qui se trouvait là « C’est de l’argile, elle servira de pansement ».

Ils rentrèrent ensuite à la maison, et la dame lui montra comment préparer le mélange puis lui proposa d’aller appliquer le traitement sur la blessure du petit cheval. « Il faudra recommencer tous les jours ». Et chaque jour, le petit prince en apprenait un peu plus sur la nature, et le cheval grandissait jusqu’à devenir un magnifique pégase, un cheval aux ailes majestueuses. Il pouvait gambader dans la prairie mais refusait de déployer ses ailes.

  • « Que s’est-il passé la dernière fois qu’il a déployé ses ailes ? » demanda la dame.
  • « La tempête s’est levée et il a été emporté et blessé. Maintenant il a peur de voler »
  • « Tu es son ami, il a confiance en toi. Toi seul peut trouver les mots pour l’aider »

Alors le prince s’adressa à son ami  :  » Ecoute la chanson du vent dans les arbres, elle est toute douce. Et les nuages dans le ciel sont bien tranquilles. Je vais monter sur ton dos et je resterai avec toi. Si tu commences à courir, tu pourras sentir si tu deviens léger et ralentir quand tu le veux. Je serai avec toi quoique tu décides ».

Alors le pégase étendit ses ailes en frémissant. Il commença à trotter tout tranquillement, se sentit de plus en plus libre à mesure qu’il accélérait. Au galop, il sentit ses ailes qui commençaient à le porter, il ralentit brusquement, tout surpris de cette nouvelle sensation. « Fais de ton mieux » lui chuchota le petit prince. Alors le pégase se mit à battre des ailes et s’envola avec légèreté dans le beau ciel bleu.

C’était un moment de liberté, de joie, de rire.

Il redescendirent enfin, tout ébouriffés et joyeux.

  • « Vous pouvez rentrer au château maintenant » leur dit la dame.
  • « Oui, grand merci pour tous vos soins ».

Et depuis ce jour, le prince et son pégase vivent heureux dans leur château. Ils font souvent de magnifiques ballades dans le ciel et ils vont rendre visite à la dame qui soigne les animaux pour en apprendre encore plus sur les secrets de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *